NAVIGATION, BOMBING à BIG-SPRING. (Texas).

Les travaux de construction de la "BIG SPRING Army Air Force Bombardier School" débutent, selon les archives de l'USAAF en Mai 1942 par l'aménagement de l'un des plus grands terrains d'entraînement au bombardement existant au monde. Il couvre une superficie de 1280 acres, soit l'équivalent "du territoire d'une petite nation...". Les statistiques sont éloquentes: en trois ans 42 classes ont été "graduées" soit près de 6 000 cadets (Américains, Britanniques et Français), ce qui représente 400 000 heures de vol, près de 60 millions de miles parcourus, plus de 1,2 millions de bombes d'entraînement larguées sur les "ranges", et seulement 4 accidents mortels.

Les cadets Français abordent leur stage de "bombing" avec une certaine philosophie:" Il y a deux catégories de gens, ceux qui lancent les bombes et ceux qui les reçoivent... peut-être même une troisième, ceux que l'on vise mais ce sont à coup sûr ni les plus nombreux, ni les plus exposés....".

L'entraînement est dur: P.T. (Physical Training) quotidien, un premier mois passé au "ground school" leur permet de faire connaissance avec le maniement du "Norden Bombsight" , viseur "top secret" et le simulateur communément appelé "La Girafe". Puis, séances de navigation (8 semaines) et de bombardement (16 semaines) sur le "range" de Big Spring.

L'avion d'entraînement est le bimoteur (2 P&W de 450 hp) Beech AT-11 "Kansan", dérivé du Beech Model 18, réputé pour sa robustesse et ses qualités de plateforme de bombardement qui pouvait "...tourner allègrement le tonneau lent avec tout son chargement de bombes".

  CFPNA: Big Spring - 29.09.1944 - Coll° Y Pleven. CFPNA: Big Spring - 29.09.1944 - Coll° S.H.A.A.

 Prise d'armes du 29 Septembre 1944, Big Spring (Texas).

CFPNA: Big Spring - Briefing - Coll) F-Mail. CFPNA: Big Spring - Coll° F-Mail.

Big Spring - Briefing sur Beech AT-11 "Kansan".

CFPNA: Big Spring - Graduation d'une Promotion.

"J'ai bombardé le TEXAS !..." par Paul BURTIN (4ème Détachement).

"... C’est donc dans ce cadre que je vais travailler, d’abord comme élève, puis comme instructeur. Quel est le but de l’école: former beaucoup de bombardiers, compétents, capables d’amener l’avion en vue de l’objectif, faire la visée très rapidement, larguer les bombes qui doivent anéantir la cible désignée. Pour atteindre ce but, nous aurons beaucoup de notions à assimiler: l’étude de l’avion porteur, les principes du bombardement qui doivent tenir compte de l’altitude, de la vitesse, du vent, des caractéristiques des bombes. Il faudra aussi et surtout acquérir les automatismes pour la visée, très court moment primordial, et puis l’étude des cartes, le maniement des computers. Et tous les cours sont en anglais avec les élèves américains.

...Notre avion d’entraînement, l’A.T. 11, un bimoteur, piloté par un Américain, emportait 10 bombes factices remplies de sable, munies d’un pétard, et 2 élèves. A proximité de l’objectif, un élève passait dans le nez de l’avion, préparait, manœuvrait le viseur, visait, larguait une bombe. Le deuxième élève photographiait l’impact. Ce manège se répétait 10 fois, 5 par élève. La mission était terminée. Le lendemain, on nous communiquait les résultats ; Les miens étaient excellents.

CFPNA: Beech AT-11 - Bombardement - Coll° A.A.F.T.C. CFPNA: Beech AT-11 - Exercice - Coll° A.A.F.T.C.

A ces missions de bombardement, s’ajoutaient des missions de navigation sur des distances de 200 à 300 kms. Il fallait savoir bien lire une carte, calculer les caps, connaître le vent, maîtriser les computers, repérer des points caractéristiques au sol, etc...C’est ce qu’on appelle la navigation à vue qui demande beaucoup d’expérience. Je fus noté assez bien.

En résumé, à la fin des cours d’instruction et de 133 h de vol, de jour et de nuit, si je fais le décompte, je constate que j’ai obtenu des notes satisfaisantes en théorie, des notes excellentes en bombardement, des notes assez moyennes en navigation. J’étais à peu près sûr d’obtenir mon brevet de bombardier. Une grande cérémonie eut lieu dans la salle des fêtes. Toute la promotion, une centaine d’Américains et 10 Français, étaient présents. Sur la scène, les commandants, l’Aumônier, des autorités civiles. Des discours, puis la distribution des diplômes, et des insignes des bombardiers. Et pour que la journée soit encore plus belle, j’appris ma nomination au grade de sous-lieutenant. C’était le 8. 4. 44. ..."

 
Retour Oscoda. Vers  Plan du Site. Vers  Midland AAF.

Accueil - Home Page.

Copyright © - P. LAVERDET - 2001/2017.

E-mailWebmestre.